TÉMOIGNAGES

 

 

Kucia, appelé au Service des Essences de juillet 1957 à juillet 1958 se souvient, notre partie de baraquements se trouvait dans le prolongement du château d’eau, non loin des baraquements du Génie.  Le camp du Matériel se trouvait plus à l’ouest.

 

Commandée par le LT Etasse, assisté d’une poignée de sous-officiers, Outin, Pallon, Pedemonte, Raynal, Talarmin, la 2ème Section du Matériel occupe plusieurs bâtiments au centre de Fort-Flatters.  Elle dépend de la 10ème  Compagnie Saharienne du Matériel d’Ouargla sous les ordres du CDT Pelouze.  Son but principal est de maintenir élevé, sous des conditions souvent difficiles, le potentiel du parc automobile des unités de l’extrême sud de l’est saharien stationnées à Amguid, Djanet, Edjeleh, Fort-Flatters, Fort-Polignac, Tamanrasset, etc

 

Elle utilise divers véhicules, une jeep, 2 Dodge 4x4, deux Dodge 6x6, un Berliet atelier GLR 8 A, deux autres Berliet, deux GMC dont un GMC atelier et un wrecker pour les dépannages.

 

Le 2 avril 1957 en fin d’après-midi, une triste nouvelle s’abat sur la petite communauté militaire.  Le JU 52 du G.S.R.A. 76 qui rentrait à Flatters s’est écrasé peu après son décollage de Djanet.  L’appareil ne prit pas feu mais fut entièrement détruit.  Il y a dix morts, les quatre membres de l’équipage et six militaires du Service du Matériel et deux blessés graves, Blanquet et Cheveny.  Le LT Etasse figure parmi les victimes.  En Algérie, à Ouargla, Flatters, Alger, partout c’est la consternation, d’autant plus que cette catastrophe arrive après l’accident d’avion de Biskra qui fit 34 victimes.

 

Seraud, un ancien du DTO….je suis arrivé à Flatters en janvier 1960, affecté à l’INFRA, sous les ordres du S/C Maignan qui faisait aussi fonction de sacristain.  Je travaillais avec Feigt et Gaudillère.  Le Service Infra était situé près du lavoir, à côté du château d’eau.

 

Le S/C Rousseau responsable du mess sous/officiers avait fait construire une maison au village et à trois nous avons fait les plâtres, la pose des portes et des fenêtres, tout ça le soir et le week-end.

 

Les inondations ont eu lieu au printemps 1961, tout le monde était dehors pour profiter au maximum de l’eau qui tombait du ciel, la seule fois en 19 mois pour moi.  Il y avait des grosses ornières entre les bâtiments, les traces laissées par les véhicules.  Des fleurs étaient apparues là où d’habitude on ne voyait que du sable, mais après quelques jours, le sol a de nouveau retrouvé son aspect sévère et dur.  J’ai quitté le DTO de Fort-Flatters en 1961 pour Blida.

 

Le C/C Paulmier….j’étais au CLA de juillet 1961 à novembre 1962.  En juillet 1961, le DTO était sous les ordres du CDT Niel, pilote de C 47, assisté du LT Barre devenu capitaine par la suite.

 

Le CLA était dans la fillod et le GMC-vigie déjà arrivé, il est devenu opérationnel quelques mois plus tard.  Le chef du CLA était l’Adjudant Félix Dumoulin.  J’ai surtout connu P. Mary, caporal, nous avons fait Mouzaïaville ensemble et lui est remonté dans le nord après la dissolution du DTO.  De la fillod du CLA, nous avons quelques temps après occupé une tour dans un GMC aménagé avec vigie. 

 

Le camion CLA se trouvait à gauche de la fillod du CLA, devant le hangar « avion ».  L’installation de la vigie a été effectuée par les techniciens « radio » de la base.  Dans le camion, nous étions H 24 avec deux fréquences VHF :  117,9 Flatters Airport et 119,7 veille gonio.  En réalité, nous ne travaillions que très peu dans la vigie en raison de la température insupportable qu’il y régnait l’été.

 

En juillet 1962 le DTO a été dissout et je suis resté avec quelques aviateurs détachés avec une Compagnie du 4ème  R.E.I.