TÉMOIGNAGE

 

 

 

 

Migrditchian, appelé de la classe 56 2C, après 16 mois en France il est affecté comme chauffeur au 12ème  Peloton Porté du G.S.S.T., le Groupement Saharien du Sud Tunisien qui est cantonné à Remada.  En juillet 1958, c’est l’embarquement pour l’Algérie et la région de Djelfa dans le sud algérois.  Le G.S.S.T. ayant été dissout peu après nous sommes devenus le G.S.P., Groupement Saharien Porté pendant environ 5 mois.  En décembre 1958, mon peloton a fait mouvement vers le sud aux environs d’Ouargla.  Nous étions une quarantaine de militaires et vivions sous les tentes puis l’on devenait le 3ème G.S.M., le 3ème  Groupe Saharien Motorisé.

 

Au début du mois de février 1959, on prenait la piste avec nos véhicules en direction d.Edjeleh et les Territoires du Sud avec un arrêt de quelques jours au camp du  Matériel à Fort-Flatters, le temps de réviser et réparer nos véhicules.  On partait ensuite vers notre destination finale abandonnant en chemin 2 véhicules tombés en panne.  On arrivait finalement à Edjeleh dans un état lamentable, hommes et camions bien fatigués.  Nous étions probablement la première unité militaire en ces lieux.  Notre travail journalier consistait à protéger les compagnies pétrolières et à aller ramasser avec nos 6x6 Dodge des cailloux et des roches et les emmener près de notre campement car on nous avait dit que des militaires du Génie allaient venir prochainement pour nous construire des bâtiments en dur.  Je rentrais en France un peu plus tard.